You are hereCanadian Groups Respond to Canada’s Bad Faith and Blocking Role at Rio+20

Canadian Groups Respond to Canada’s Bad Faith and Blocking Role at Rio+20


By richard - Posted on 22 June 2012

(Le français suit)

For Immediate Release

Rio de Janeiro/Ottawa - Following his statement to Canadian and international media and his address to the Rio+20 plenary, Canadians in Rio and back home issued the following statements.

"Canada has been trampling our rights here in Rio and back home by expanding the controversial tar sands into our homeland and poisoning our water, air and earth, and negotiating on their behalf here at Rio+20. Our First Nation Rights are protected by both the Canadian constitution and the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. They guarantee our access our lands to hunt, fish, and forage, as well as our rights to clean air and water. Canada has just been singled out for these horrible environmental and social abuses at the final assembly of the People's summit here in Rio. It was the only country to be named in the portion of the assembly dealing with Energy and Extractivism.” Said Crystal Lameman member of Beaver Lake Cree Nation and Member of the Indigenous Environmental Network. (see attached release for background on Beaver Lake Cree Nation)

"Canada does not attend international environmental conferences in good faith. They pulled out of Kyoto immediately after returning from COP17 and have derailed progress here in Rio, all while gutting environmental regulations at home. Calling that good faith is an insult to people and the planet" - Amara Possian, PowerShift Canada

"With regards to blocking an agreement on protecting 45% of the planet, the high seas – Canada, already a party to the UN Law of the Sea Convention and an active participant in the past six years of discussions at the United Nations on protecting areas beyond national jurisdiction, has no excuse for its position at Rio." - Susanna Fuller, Ecology Action Center.

"After it received 5 consecutives Fossils of the years at U.N.'S climate change conference, Canada was the only nation singled out for its destructive policies on energy and extraction at the People's Summit here in Rio. What the Harper Government doesn't realize is that its abdication of environmental leadership and its commitment to a 'greed economy' has put Canada in the bulls eye of international social movements being mobilized through the Peoples' Summit here in Rio," says Tony Clarke, director of the Polaris Institute. (contact Richard Girard 21 79 32 05 12)

"Our minister celebrates increased engagement in sustainability issues over the last 20 years, yet how is our federal government supporting civil society in this? It has not consulted with Canadians in the lead up to the Earth Summit as it did in 1992 and 2002, nor has it included civil society representatives on its official delegation like it did in the past. We have gone back 20 years on public participation." - Marie-Pierre Daigle, Director of We Canada - (21) 8608 2320

"20 years ago, our government played a pivotal role in helping foster a new era of international cooperation. Today, our government has become a liability for the reputation of our country. Despite the weak agreement adopted in Rio, we will continue to hold the Harper's government feet to the fire on matters of sustainabiltiy, climate change and fossil fuel subsidies." said Steven Guilbeault of Equiterre.

For further comment/contact please contact:

Amara Possian
a.possian@gmail.com
+55 (21) 8069 2255

-----

Les groupes canadiens répondent à la mauvaise foi et aux tactiques de blocage du Canada à Rio+20

Rio de Janeiro, Brésil / Ottawa, Canada. Suivant sa déclaration aux médias canadiens et internationaux et son allocution en plénière, les Canadiens et Canadiennes à Rio et au pays ont émis les réactions suivantes.

Le Canada piétine nos droits à Rio et au pays en poursuivant le développement controversé des sables bitumineux qui empoisonnent l’eau, l’air et le sol et en négociant en leur intérêt ici à Rio+20. Nos droits de Premières Nations sont protégés à la fois par la constitution canadiennes et par la Déclaration des droits des peuples autochtones de l’ONU. Ces droits garantissent l’accès à nos terres pour la chasse, la pêche et le forage ainsi que l’accès à l’air et l’eau propres. Le Canada est pointé du doigt pour ses horribles abus environnementaux et sociaux à l’assemblée finale du Sommet des peuples à Rio. Il est le seul pays à être nommé dans l’assemblée portant sur l’extraction et l’énergie.

- Crystal Lamemen, Beaver Lake Cree Nation et Indigenous Environnemental Network.

Le Canada n’assiste pas aux conférences internationales en environnement de bonne foi. Il s’est retiré du Protocole de Kyoto immédiatement après le retour de la CdP 17 à Durban et a fait dérailler les discussions ici à Rio pendant qu’il éventrait ses propres lois environnementales au pays. Dire que c’est de la bonne foi est une insulte à la population et à la planète.

- Amara Possian, PowerShift Canada

En bloquant l’entente visant à protéger 45% de la planète et des mers – le Canada, déjà signataire de la Convention des Nations unis sur le droit de la mer et un participant actif depuis six ans dans les discussions de l’ONU sur la protection des océans hors juridiction nationale – n’a aucune excuse pour ses positions à Rio.

- Susanna Fuller, Ecology Action Center.

Après avoir reçu cinq fossiles de l’année consécutifs à la Conférence sur le changement climatique de l’ONU, le Canada est la seule nation signalée pour ses politiques destructives sur l’énergie et l’extraction par le Sommet des peuples à Rio. Ce que le gouvernement Harper ne semble pas réaliser, c’est que la renonciation de son leadership environnemental et son engagement envers l’économie à tout prix (greed economy) ont placé le Canada dans la mire des mouvements sociaux internationaux qui se mobilisent au Sommet des peuples à Rio.

- Tony Clarke, Directeur de l'Institut Polaris. (contact Richard Girard 21 79 32 05 12)

Notre ministre se réjouit de la participation accrue du public dans les questions de développement durable ces 20 dernières années. Pourtant, comment notre gouvernement fédéral soutient-il la société civile dans ce processus? Le gouvernement n'a pas consulté les Canadiens et Canadiennes en vue du Sommet de la Terre 2012 comme il l'a fait en 1992 et 2002; il n'a pas non plus inclus de représentants de la société civile au sein de sa délégation officielle comme il l'a fait depuis des années. Nous avons reculé de 20 ans en ce qui a trait à la participation citoyenne.

- Marie-Pierre Daigle, Directrice nationale d'Ensemble vers le Sommet | We Canada (21) 8608 2320

Il y a 20 ans, notre gouvernement jouait un rôle pivot dans la création d’une nouvelle ère de coopération internationale. Aujourd’hui, le gouvernement est en train de détruire la réputation du pays. Malgré la faible entente adoptée à Rio, nous maintiendrons la pression sur Harper sur les questions de développement durable, changement climatique et les subventions aux énergies fossiles.

- Steven Guilbeault, Equiterre.

L’irresponsabilité et le manque de volonté des gouvernements ont atteint leur apogée cette semaine. Nous avons eu droit à une intense séance de greenwashing où pendant trois jours, les chefs d’états sont venus se vanter alors qu’ils ont lamentablement failli à la tâche. La société civile n’approuve pas, n’endosse pas cette entente et ne se sent pas représentée.
-Patrick Bonin, Association québécoise de lutte contre pollution atmosphérique (AQLPA)

-----

Louise Lévesque, directrice des communications

Association québécoise de Lutte contre la Pollution Atmosphérique

484 Route 277, Saint-Léon-de-Standon, Qc, G0R 4L0

B : 418-642-1322 poste 294

C : 418-264-5575